Une inadéquation évidente entre les paroles de nos politiques et la réalité du marché du secteur touristique